Conclusion

  Au terme de cette étude, nous pouvons affirmer que le chocolat à plusieurs effets sur le consommateur. En effet, la caféine et la Théobromine sont des substances, qui ont un effet sur le cerveau; entraînant le système de récompense. Du fait de leurs faibles quantité dans le chocolat, on ne peut pas parlé d'addiction comme pour la drogue. Le besoin de manger du chocolat n'est pas assimilé à une dépendance, mais plutôt au gout et a la texture de cet aliment, qui nous donnent envie dans manger et nous procurent une sensation de plaisir.

  Longtemps utilisé de façon empirique et par tradition, pour ses propriétés médicinales jusqu'au début du 19ème siècle, plus que gourmandes. Le chocolat est l'un des rares produits pour lequel les scientifiques ont confirmé la présence de nombreuses substances actives, et des telles qualités thérapeutiques. Grâce au recherche des scientifiques, nous savons désormais que le chocolat n'est pas un aphrodisiaque, qu'il ne provoque ni n'amplifie l'acné chez les adolescents, et surtout qu'il ne provoque pas de dépendance physique... 

  Nourrir notre cerveau de multiples plaisirs, c'est réduire le stress et relativiser les soucis. Sachons profiter de tous les petits bonheurs apportés par la dégustation de quelques carrés de chocolat et donner ainsi une coloration plus heureuse à notre quotidien. La gourmandise est autant dans ce plaisir que dans son attente ou dans le souvenir.

chcolat-1.jpg

 

Alors croquez du chocolat, c'est bon pour la santé !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×